THE DØ + SAGE
Au Bikini Le 09/11/2014

Le 09 11 2014, THE DØ était en concert au Bikini avec SAGE en première partie : on y était et on vous raconte…
Report & Photographie : Yann Monesma

 

SAGE

En savoir d’avantage:
https://www.facebook.com/sagebysage

 

Qui est SAGE ?
On connaissait le trio “panaméen” Revolver ( que nous avions vu aux Curiosités du Bikini en Mai 2012) et nous découvrons donc Ambroise Willaume seul au commande de son projet “SAGE“.

Un clavier avec façade lumineuse, des machines, un micro et c’est parti avec un set tout en douceur.
Dès les premiers morceaux on retrouve un univers qu’on lui connait, et il s’en sort pas mal du tout en arrivant assez rapidement à fédérer un public sensible à une Pop “Electro spatiale” qui n’est pas sans rappeler le québecois  Patrick Watson qu’on a souvent vu en live dans cette même configuration instrumentale.

Il annonce la sorti de son 1er EP qu’il “conseille” avec humour (fausse maladresse) d’acheter  via son merchandising à la fin de son set…”5 euros c’est pas cher”.
Sur le 5eme morceau, la présence des machines se fait plus franche avec des alternances de breaks entre Electro et clavier.
Côté light ça sera une couleur par morceau avec des effets stroboscopiques quand la part d’Electro prend le dessus.
Il termine bien évidement avec son  “In between”, un morceau qui nous montre l’amplitude de sa tessiture vocale tout en mettant en valeur sa voix de tête.

On découvre donc un artiste discret, donc  “Sage” (presque), qui maitrise parfaitement sa création avec une sensibilité proche de celle que l’on connait chez un autre artiste piano/voix comme Cascadeur par exemple.

 

 

THE DØ

En savoir d’avantage:
http://thedomusic.com

 

The Dø vient donc nous présenter son dernier album “Shake Shook Shaken” sorti depuis le 29 Septembre dernier. Leur single “Keep Your Lips Sealed” etait lui dans les bacs depuis déjà quatre mois et avait su séduire un large public.
Les voilà donc au Bikini.
La scène optimisée par le groupe autant dans sa largeur, profondeur que dans sa hauteur ne peut pas laisser indifférent. Tous les instruments (batterie électronique, 2 claviers et machines) sont sur la même base couleur : argent, rouge fluo et noir, mais ce sont ces sortes de cheveux argentés au plafond qui retiendront notre attention.

La chanteuse-guitariste franco-finlandaise Olivia B. Merilahti arrive sur la scène dans une combinaison rouge vif dont on ne sait trop l’origine…Garagiste ou Formule 1, cela reste à définir.
Armée de sa stratocaster blanche et de ses baskets, les manches de sa combi relevées laissent apparaître une touche féminine : de la dentelle blanche.

Sous sa coupe au carré et sa frange de petite fille elle tient seule le devant de la scène.

Derrière le groupe, un laser balaye le public d’un Bikini bien rempli puisque l’on ne doit pas être loin des 1400 personnes dans la salle.

Suite à l’écoute de leur album j’attendais Olivia sur la gestion de sa voix en live et je ne vais pas être déçu.
Le duo est assisté de deux musiciens au clavier et aux machines. On les verra d’ailleurs s’interchanger les instruments.
Côté son, je regretterais des basses un peu “crachouillardes” par moment, et ce pendant tout le set. Mis à part ce petit bémol, ça frise la perfection.

Elle aime bien chatouiller les bords de scène pour se rapprocher de son public qui semble ravi d’être là. Un public aux anges mais qui reste très calme pendant toute la durée des morceaux. Ce n’est qu’entre chaque titre qu’il se lâche en scandant et en applaudissant de plus belle.

De temps à autres, Olivia nous fera ses postures d’arts martiaux. Postures dont elle a fait sa marque de fabrique. Côté voix elle brille de précision avec de jolies nuances.

Pour “Anita No!“, batterie et clavier reprennent leur place d’origine derrière leur instrument respectif.
Les quelques traits d’humour entre les musiciens seront à l’initiative de Dan Levy .

Sur un “Slippery slope” bien rythmé , toute la salle se fera entendre.
Olivia se tient sous ces “méduses argentées” suspendues au plafond de la salle et baigne dans une douce lumière jaune et verte.

Je peux observer quelques gens du premier rang jouer avec leurs doigts sur les filets de laser projetés sur eux. Des lasers qui quadrilleront tout le Bikini jusqu’à l’étage.
Avec son “Shake Shook Shaken” elle essaie de stimuler son auditoire pour qu’il “révise” ses verbes irréguliers en anglais, peine perdue.
Elle Remercie à plusieurs reprises le public d’être toujours très présent lors de ses dates.

Pour “Going through walls” tiré de leur dernier album, la scène est plongée dans une lumière bleu et rouge. Les stroboscopes et l’énergie du morceau réveillera le public  .

A 22:24 c’est le premier rappel, tout le Bikini veut leur retour et il se fait entendre.

Ils reviennent investir la scène avec avec une batterie bien cinglante sur “Poppies” !
Les effets stroboscopiques nombreux permettent d’observer les visages d’une foule obnubilée par ce qui se passe sous leur yeux.

Après une petite plaisanterie sur le fait de jouer un dimanche et avant veille de jour férié, ils entament une mélodie entraînante au clavier pour l’intro de “Dust it off“.
Quand le clavier se tait, Olivia nous offrira quelques secondes à cappella pour envoûter la salle.
Le Rythme s’accélère avec des percussions bien appuyées et des lasers verts qui s’en donnent à cœur joie pour mitrailler le public.
Au premier rang, des fans sont là et connaissent l’intégralité des paroles.

Elle remercie encore une fois Toulouse et souhaitera une bonne soirée juste avant de quitter la scène.

Le public insiste et veut leur retour. Il est exaucé avec le planant ” On My Shoulders” tiré de leur premier album “A Mouthful” sorti en 2008. La très jolie voix d’Olivia  légèrement brisée, presque fragile sur ce morceau, permettra d’apprécier toute la technique de la chanteuse. Le groupe veut donc laisser de la douceur pour quitter un public souriant et médusé .

Ils termineront leur set en venant saluer le public à 22:46.
The Dø nous aura offert une Electro-pop percutante, distillée par une voix sans faille qui aura sautillé comme un écureuil sur des branches.

Setlist au Bikini

Omen
A Mess Like This
Keep Your Lips Sealed
Miracles (Back in Time)
Sparks
Trustful Hands
Opposite Ways
Anita No!
Slippery Slope (Album “Both Ways Open Jaws”)
Going through walls
Poppies
Dust it off

 

 

Encore merci au Bikini pour nous avoir permis d’être présent à ce événement .

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *