Black Uhuru + Satya
au Metronum

Le 05 05 2014, Black Uhuru + Satya en concert au Metronum avec Jerkov Musiques : on y était et on vous raconte…

Report : Solenne Menuel
Photographie : Yann Monesma

 

Ça change un peu, nous avons rendez-vous ce soir au Métronum ( la nouvelle salle de spectacles et musiques actuelles à Toulouse) pour un concert de reggae.Mais pas avec n’importe quel groupe. Le groupe jamaïcain Black Uhuru fait l’honneur aux toulousains de venir sur scène pour nous faire voyager sur leur reggae culte depuis 40 ans.

SATYA
En savoir d’avantage
 :
https://www.facebook.com/satyagroupe

Il est 20h30 lorsque le duo Satya monte sur scène, certes la salle est presque vide mais elle va rapidement se remplir aux sons énergiques et si différents grâce à un mélange des genres entre hip-hop, soul et reggae.
Ils sont deux : un au chant et à la guitare, et l’autre aux sons multiples du beat-box. D’ailleurs j’ai l’impression à les entendre qu’ils sont au moins quatre ou cinq sur scène! Pendant les 40 min de show je ne m’ennuie pas. Ils partagent et échangent leurs impressions avec le public, mais surtout leur musique est originale, le rythme accrocheur et les sonorités étonnantes. Le public est vite conquis. Ils enchaînent leurs morceaux avec dynamisme et passion. Les deux derniers titres dont le medley permet à la salle de se détendre en dansant avec le sourire avant l’arrivée des Black Uhuru.

 

BLACK UHURU
En savoir d’avantage
 :
https://www.facebook.com/BlackUhuruOfficial

Les sept membres du groupe de reggae Black Uhuru montent sur scène environ trente minutes après Satya. Les applaudissements fusent à leur entrée. “Uhuru” signifie “liberté” en Swahili, un dialecte d’Afrique de l’est. Une liberté musicale unique qui existe depuis 1972. Un son roots puissant, une écriture rasta militante et un chant original, celui de Michael Rose, le fameux “waterhouse style”, style de chant oriental étiré en longues plaintes douloureuses.

Dès le premier titre, les fans sont à fond. Le trio formé sur le devant de la scène par Michael Rose, Beres Hammond et Jenifah Niah n’offre pas beaucoup de dynamisme et de sourires mais il paraît que c’est leur marque de fabrique.

Tout au long des deux heures de concert, les titres s’enchaînent. Des anciens morceaux et des nouveaux titres de leur dernier album « Chicago 84 » envoûtent le public sous le rythme du clavier, des guitares et des riffs de la batterie.

Je reste quand même ramollie par le rythme lent des Black Uhuru et par le peu de dynamisme de la part du groupe dans l’échange avec le public.

 

https://www.youtube.com/watch?v=TYBHNLWDDwY

 

2lives remercie Jerkov Musiques et Le Metronum  pour nous avoir permis d’être présent à cet événement.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *